Chandeliers Schneider

Chandeliers Schneider

120 €

  • Chandeliers Schneider
  • Chandeliers Schneider
  • Chandeliers Schneider

Frais de port

Retrait au magasin : 0 €

So Colissimo : 40 €

Paire de candélabres Schneider

Élégants et modernistes, ces bougeoirs en cristal se sont entendus pour accueillir quatre bougies chacun et ce, toute une soirée romantique durant.

Il faut reconnaitre que ça fait déjà une belle lumière dansante et chaleureuse pour exacerber la brillance de quelques verres en cristal (que je vous recommande très vivement d'acheter chez moi) - et la clarté des yeux de votre affable convive (que vous aurez trouvé par vos propres moyens).

Les deux Charles, Ernest et Robert-Henri Schneider

En 1897 Charles Schneider entre à la verrerie Daum et suit une formation à l’École des Beaux-arts de Nancy jusqu’en 1904.

En 1905, il intègre les Beaux-arts de Paris.

En 1913, il achète une verrerie à Épinay-sur-Seine avec son frère Ernest – qui travaillait au service commercial de Daum.

Malheureusement, la Grande Guerre interrompt leur activité naissante. Mais en 1917, les besoins en verrerie médicale démobilisent les deux entrepreneurs qui peuvent reprendre leur activité.

L’armistice signé, l’entreprise se spécialise dans la verrerie décorative qu’elle vend dans deux magasins situés rue de Paradis à Paris : Le Verre Français et Schneider.

Au numéro 14, Le Verre Français (tenu par Ernestine Schneider, la sœur des deux frères), propose les articles les plus abordables du maitre-verrier — qui signe de son pseudonyme Charder.

Au numéro 54, le magasin Schneider présente les réalisations les plus prestigieuses.

Dans les années 1920, l’atelier produit des verreries colorées typiques de (ce qu’on appelle, aujourd’hui) l’Art déco, emploie 500 verriers et profite d’un engouement international fort.

Le style Schneider est si prisé, qu'il influence d'autres verriers. Parmi eux, David Guéron (Verrerie d'Art Degué) qui est trainé en justice pour plagiat en 1926.

Mais la crise de 1929 sonne le glas de l’entreprise.

Cependant, en 1950, Charles (le fils ainé de Charles…) ouvre avec son frère, Robert-Henri, les Cristalleries Schneider.

En rupture avec le travail de son père, spécialiste de la couleur, Robert-Henri exploite la transparence du cristal pour créer des pièces modernistes aux formes très libres.

En 1957, la cristallerie est victime d’une explosion au gaz. Elle rouvrira au début des années 1960, mais à Lorris, dans le Loiret.

En 1977, Robert-Henri prend sa retraite et l’entreprise ferme en 1981, lorsque Charles prend la sienne.

 

Éditeur
Schneider
Longueur
24 cm
Hauteur
19 cm
Couleurs
Cristal et or
Origine
France
Mouvement
Design des années 1970
Catégorie
Décoration vintage
Utilisé